Héroïsmes mineurs de Molly Antopol

Dans le cadre du Billet de l’Invité(e),  une note de lecture de Colette Leinman sur Héroïsmes mineurs de Molly Antopol   Héroïsmes mineures, 2015, Traduction de l’anglais : « The unamericans », 2014 par H. Papot, éditions Gallimard Des témoignages racontés à la première personne du singulier recomposent la constellation des membres d’une famille – celle de l’auteure(…)

Le jour où je suis devenue Israélienne

Le jour où je suis devenue Israélienne, ce n’est pas le jour où j’ai fait mon alyah ni celui où j’ai reçu ma carte d’identité bleue, ni même celui où pour la première fois j’ai glissé mon bulletin de vote pour élire des députés à la Knesset. Le jour où je suis devenue Israélienne, ce(…)

KiKar HaBima, l’acropole de Tel Aviv

Je reprends ma « déambulation citadine ». Cette fois-ci, je vais tourner en rond sur une place carrée ! Cela m’amuse que le mot kikar,  place en hébreu rappelle le cercle alors qu’il devient square en anglais, carré ! Le nom officiel de la place que tout le monde appelle Kikar Habima du nom du Théâtre national d’Israël (qui(…)

Réaction à une déclaration de Tahar ben Jelloun à propos du massacre de Nice

Suite au massacre de Nice, j’accueille, dans le cadre du Billet de l’Invité,   Sara Brajbart-Zajtman, Sylviane Roche, Maurice Einhorn et Marcel Casteleyn qui réagissent à une déclaration de l’écrivain Tahar Ben Jelloun. In cauda venenum Réaction à une déclaration de Tahar ben Jelloun sur France Inter le 16 juillet à propos du massacre de Nice Le 16(…)

Esther Orner ou la mécanique mystérieuse des affaires humaines

Dans le cadre du billet de l’Invité, je reprends un article de l’écrivain Shmuel T. Meyer (publié sur Facebook) à propos du dernier livre d’Esther Orner : De si petites fêlures aux Editions Caractères. Esther Orner ou la mécanique mystérieuse des affaires humaines Il y a quelque chose d’anthroposophique dans l’écriture d’Esther Orner, une conscience du sensible(…)

Et ils rêvent d’une grande civilisation méditerranéenne

Me voilà Sderot Chen, au coin de HaShoftim, direction la Place HaBima. Une sdera, c’est un boulevard avec deux rangées de bâtiments en vis-à-vis, deux trottoirs, deux voies pour les voitures séparées par un terre-plein central où deux rangées d’arbres ombragent une allée piétonnière, une piste cyclable, des bancs, des aires de jeux pour les enfants, des(…)