Esther Orner

Le début de l’été, Maya Bejerano

Le début de l’été, Maya Bejerano

Le début de l’été Esther Orner et moi-même continuons notre nouvelle aventure, la traduction à deux de poèmes en hébreu vers le français. Voici notre deuxième traduction de ce que j’espère deviendra un rendez-vous bimensuel : ראשית הקיץ, un poème inédit en hébreu de la poétesse Maya Bejerano. A Dorine Après le bon repas préparé par(…)

Une maison, un poème de Tehila Hakimi

Une maison, un poème de Tehila Hakimi

Esther Orner et moi-même nous lançons dans une nouvelle aventure, la traduction à deux de poèmes en hébreu vers le français. Nous débutons ce que j’espère deviendra un rendez-vous bimensuel par la traduction de בית de Tehila Hakima, qui est poétesse, écrivaine et ingénieure ! Ce poème a été publié en hébreu dans le journal(…)

Sortir, bien sûr (66-82)

Sortir, bien sûr (66-82)

La septième et dernière partie de notre feuilleton littéraire hebdomadaire : « Sortir, bien sûr », par Esther Orner Sortir, bien sûr par Esther Orner (1-6) Sortir, bien sûr par Esther Orner (7-13) Sortir, bien sûr (14-24) Sortir, bien sûr (25-39) Sortir, bien sûr (40-52) Sortir, bien sûr (53-65) 66. Et toujours au sujet des bénéfices secondaires, il a(…)

Sortir, bien sûr (53-65)

Sortir, bien sûr (53-65)

La sixième partie de notre feuilleton littéraire hebdomadaire : « Sortir, bien sûr », par Esther Orner Sortir, bien sûr par Esther Orner (1-6) Sortir, bien sûr par Esther Orner (7-13) Sortir, bien sûr (14-24) Sortir, bien sûr (25-39) Sortir, bien sûr (40-52)   53. Une sortie prévue depuis longtemps par une journée de canicule. Tant pis, je sortirai(…)

Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises

Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises

Une note de lecture d’Esther Orner sur « La plus précieuse des marchandises – Un Conte » un livre de Jean-Claude Grumberg publié dans La librairie du XXIe siècle chez Seuil En commandant ce livre, je savais que je plongerais dans la Shoah, mais puisque c’est un Conte, peut-être que ça passerait mieux. D’ailleurs le livre commence comme tous(…)