littérature

Le rapport W, infiltré à Auschwitz, Gaétan Nocq

Le rapport W, infiltré à Auschwitz, Gaétan Nocq

Nous retrouvons Agnès Bensimon qui a lu « Le rapport W, infiltré à Auschwitz », GAETAN NOCQ, Editions Daniel MAGHEN Quelle incroyable destinée que celle de Witold Pilecki, officier et résistant polonais de la première heure qui en septembre 1940 se laisse prendre dans une rafle afin d’infiltrer le camp d’Auschwitz ! Sa mission : faire passer des(…)

Sortir, bien sûr (66-82)

Sortir, bien sûr (66-82)

La septième et dernière partie de notre feuilleton littéraire hebdomadaire : « Sortir, bien sûr », par Esther Orner Sortir, bien sûr par Esther Orner (1-6) Sortir, bien sûr par Esther Orner (7-13) Sortir, bien sûr (14-24) Sortir, bien sûr (25-39) Sortir, bien sûr (40-52) Sortir, bien sûr (53-65) 66. Et toujours au sujet des bénéfices secondaires, il a(…)

Trois exils, par Agnès Bensimon

Trois exils, par Agnès Bensimon

Une note de lecture de notre chroniqueuse littéraire Agnès Bensimon qui nous parle d’exils TROIS EXILS, par Agnès Bensimon Dans son récent roman graphique « Si je t’oublie Alexandrie » (Steinkis), Jérémie Dres remonte le Nil et le fil ténu du passé égyptien de ses grands-parents maternels, Rachel Shalita décrit avec finesse la nostalgie du déracinement d’Israéliens(…)

Sortir, bien sûr (53-65)

Sortir, bien sûr (53-65)

La sixième partie de notre feuilleton littéraire hebdomadaire : « Sortir, bien sûr », par Esther Orner Sortir, bien sûr par Esther Orner (1-6) Sortir, bien sûr par Esther Orner (7-13) Sortir, bien sûr (14-24) Sortir, bien sûr (25-39) Sortir, bien sûr (40-52)   53. Une sortie prévue depuis longtemps par une journée de canicule. Tant pis, je sortirai(…)

Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises

Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises

Une note de lecture d’Esther Orner sur « La plus précieuse des marchandises – Un Conte » un livre de Jean-Claude Grumberg publié dans La librairie du XXIe siècle chez Seuil En commandant ce livre, je savais que je plongerais dans la Shoah, mais puisque c’est un Conte, peut-être que ça passerait mieux. D’ailleurs le livre commence comme tous(…)