Shoah

Leur voix résonne encore

« הקול עוד נשאר » « Leur voix résonne encore »- Des chansons pour le Jour de la Shoah,  est un projet israélien. Des artistes israéliens composent et interprètent des chansons ayant un lien avec la Shoah. Ils livrent une lecture personnelle de ce passé qui ne passe pas. Une façon de se souvenir alors que la génération des survivants(…)

Brisures de Pnina Amit

Ce poème de la poétesse israélienne Pnina Amit traduit par Esther Orner a été publié dans le n° 8 de la revue Continuum, la revue des Ecrivains israéliens de langue française. La poétesse Pnina Amit vient de recevoir le prix de l’association des Ecrivains israéliens pour le recueil dont est tiré ce poème, Shvarim, שברים(…)

Une journée consacrée à la Shoah

Dans le cadre de mon Billet de l’Invité(e) et à l’approche de Yom HaShoah, je publie ici un extrait du livre d’Esther Orner, Fin et Suite. Gitele, je me suis souvent demandé si tu savais qu’une semaine après Pessah une journée entière était consacrée à la Shoah. Ce jour comme tous les autres commence le(…)

Hommage à Primo Levi

Le 11 avril 1987, Primo Levi mettait fin à ses jours. Si c’est un homme  est plus qu’un chef d’oeuvre, l’une des oeuvres les plus importantes du XXe siècle. Je retranscris ici en hommage le poème mis en exergue dans le livre. Vous qui vivez en toute quiétude Bien au chaud dans vos maisons, Vous qui(…)

Une bouture du marronnier d’Anne Franck à Yad Vashem

Depuis que j’ai lu le magnifique livre d’Irène Janca-Cohen, Les arbres pleurent aussi, je suis particulièrement sensible aux tribulations du marronnier qui se trouvait devant la maison d’Anne Franck à Amsterdam. J’ai été attristée lorsque j’ai appris que le marronnier, âgé de 170 ans et malade, n’avait pas résisté à la tempête de 2010. Le marronnier(…)

Georges Perec lu par Esther Orner

Le 3 mars 1982 marque la disparition de Georges Perec.  « La vie mode d’emploi » fut l’une des grandes émotions de ma jeunesse. En hommage et dans le cadre de mon Billet de l’Invité(e), je donne la parole à mon amie Esther Orner qui m’a autorisée à reprendre sa communication lors d’un colloque sur Georges Perec(…)