Sans carte de visite, Yaara Ben-David

WhatsAppEmailPrintPartagez

Esther Orner et moi-même continuons notre nouvelle aventure, la traduction à deux de poèmes en hébreu vers le français. Voici notre troisième traduction de ce que j’espère deviendra un rendez-vous bimensuel.

Il s’agit de בלי כרטיס ביקור, Sans carte de visite, un poème tiré du recueil de Yaara Ben-David איזון שביר, Izoun Shavir traduit en anglais, Fragile balance.

Yaara Ben-David est née en 1947 à Bagdad. Elle est arrivée en Israël à l’âge de cinq ans. C’est une poétesse, une critique littéraire et une artiste.

Un recueil de poèmes de Yaara Ben-David  « Une autre présence » traduit par Emmanuel Moses paraîtra aux éditions Caractères en octobre.

Sans carte de visite

Je suis poétesse sans carte de visite

recto-verso, en hébreu et en langue étrangère.

Même sans ça je respire, désire, me détache,

me relie, me délie, me lève, tourne, dérape

et entre les deux un mal ardent

je suis un verre sombre non poli,

je me retiens de rire parfois.

Car de toute manière un instant plus tard je ne suis plus –


Cela me suffit qu’ici soit ici,

que des chasseurs ne soient pas à mes trousses,

ça aussi c’est pour la bonne cause

être poétesse étreignant un corps vivant sans garde-fou.

Yaara Ben-David traduit en français par Esther Orner et Rachel Samoul

Lire aussi :

  1. Une maison, un poème de Tehila Hakimi
  2. Le début de l’été, Maya Bejerano