Le début de l’été, Maya Bejerano

WhatsAppEmailPrintPartagez

Esther Orner et moi-même continuons notre nouvelle aventure, la traduction à deux de poèmes en hébreu vers le français. Voici notre deuxième traduction de ce que j’espère deviendra un rendez-vous bimensuel : ראשית הקיץ, un poème inédit en hébreu de la poétesse Maya Bejerano.

Le début de l’été

A Dorine

Après le bon repas préparé par D. nous sommes allées au parc.

Le début de l’été nous entourait de sécheresse et de fanaison

des branches sèches et grises

jonchaient et recouvraient de larges sentiers sinueux

un éclat intense face à une présence épineuse.

L’été était bien là, tout est sec sauf

quelques arbres brillant d’un vert vitreux

un flamboyant, un margousier et peut-être un peuplier

des pigeons dodus étincèlent dans un vert mauve et or

et des rayures noires comme des colliers à leurs cous

glanaient et glanaient avec sérieux les premières miettes de l’été

en remuant leur cou, naturellement

mais –

assises sur le banc dans le calme du parc vide

alors que le vent chaud souffle et nous accable, le souvenir de l’an passé

de la floraison de la camomille l’abondance des mourons des séneçons et des herbes

embaume et nous remplit d’une joie retrouvée,

tout sera exactement comme avant

le parc refleurira pour nous et nous le photographierons.

Maya Bejerano traduit en français par Esther Orner et Rachel Samoul

Lire aussi :

  1. Une maison, un poème de Tehila Hakimi
מאיה בז’רנו 

 Maya Béjerano est née en 1949 au kibboutz Elon, elle vit actuellement à Tel Aviv. Après avoir partagé sa vie entre son travail de bibliothécaire à Beth Ariela à Tel Aviv et la poésie, elle se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Elle a publié une douzaine de livres de poésie, deux livres de nouvelles et un roman. Elle a participé à de nombreux festivals en Israël et à l’étranger et obtenu de nombreux prix dont le fameux prix Bialik pour l’ensemble de son oeuvre en 2002 et le prestigieux  prix Yehuda Amichai en 2016.