Cuisine et écriture: les Latkès d’Esther

WhatsAppEmailPrintPartagez

Esther Orner est une écrivaine israélienne de langue française. Dans son livre Fin et Suite, publié aux Editions Metropolis, en 2001, Esther retrace son année de deuil après la mort de sa mère en suivant le calendrier hébraïque et les fêtes juives. Pour Hannoucah, elle écrit:

Gitele.Gitele, tes bons conseils, je les suis jusqu’à ce jour.  (…)

Là où je te suivais  moins c’est lorsque tu me donnais des conseils culinaires. D’ailleurs tu ne m’en donnais pas vraiment. Tu m’as seulement transmis certaines recettes que je t’avais réclamées. Parfois les recettes avaient subi un ou deux changements. La plupart suivaient exactement celles de ta mère et sans doute celles de ta grand mère. La recette des Latkès, fameuses galettes de pomme de terre, tu n’as pas eu besoin de me la donner. J’ai vu faire. C’était en moi. Mais lorsque je t’ai dit que je râpais les pommes de terre au Magimix et non pas à la main, que je rajoutais un oignon râpé, un œuf cru de la farine, du sel et du poivre, tu as dit péremptoire – pomme de terre, farine et sel ça suffit. Là je ne te suis plus. Par contre, je les mange comme toi salées ou sucrées. Seules les personnes du pays de ta naissance les mangent sucrées. Les autres nous regardent dégoûtées. Et ainsi depuis que je suis revenue au pays chaque Hanouka, fête des lumières, je fais une soirée Latkès et beignets lorsque ces dernières sont faits par une amie spécialiste en la matière. Nous sommes  vingt cinq ou trente à nous régaler. L’année dernière j’ai voulu annuler. Le cœur n’y étais pas. C’était l’année du deuil. Mais rien ne s’y opposait Bien au contraire c’est la tradition. De toute manière, je ne mets jamais de musique de fond. Mais l’amie aux beignets a insisté. Et la fête a eu lieu. Ne rien changer à une recette est-ce que ça faisait partie  de la fidélité à ton passé ? Tu étais si fière de tes origines. Tu tempêtais contre ceux qui ne l’étaient pas. Rien ne pouvait remettre en question ta fidélité.

J’ai goûté les latkes d’Esther, ils sont délicieux!

Bonnes fêtes de Hanoucca!