Gilad Shalit, Tlemcen, Naomi Shemer et Michaël Jackson

WhatsAppEmailPrintPartagez

Je n’ai plus vraiment le temps d’écrire pour mon blog, d’écrire tout court, happée que je suis dans mes nouvelles activithés (!) au Dizengoff 131 à Tel Aviv. Pourtant, je me rends compte à quel point mon blog fait partie inhérente de ma vie et je suis incapable de m’en séparer. Je vous livre donc ici en bloc tous les billets que j’aurais voulu écrire cette semaine.

Suite à un article intitulé, L‘Algérie refuse la venue d’une délégation juive à Tlemcen pour faire un pélerinage sur la tombe du Rabbin Ein Kaoua qui a vécu dans la région au XIVème siècle, j’avais envie de partager à nouveau quelques lignes de mon livre Bouquet de Coriandre qui est le rendu littéraire de mon Algérie portative, moi qui suis née à Aix mais qui ai été bercée par les souvenirs d’Ain-Temouchent de ma grand-mère, de ma famille:

Avant leur arrivée en métropole, toute sa famille, ses parents, ses oncles et ses tantes, ses nombreux cousins faisaient un pèlerinage dans la montagne sur la tombe du Saint de leur région. Elle se souvenait de la route et de ses tournants en épingle qui lui donnaient la nausée. Les odeurs de mouton grillé mêlées aux effluves des cerisiers en fleurs. Son père déposait du sucre sur la tombe du Saint, elle devait le lécher. Les guêpes qui voltigeaient autour d’elle et qui semblaient être prêtes à se poser sur sa langue la terrorisaient mais, comme chaque année, son père lui assurait que ces guêpes-là ne piquaient pas. Et, en effet, elle n’avait jamais été piquée.

J’avais envie de rappeler que le 25 juin 2009, Michaël Jackson et Farah Fawcett disparaissaientt.

J’avais envie de rendre hommage à Naomi Shemer, la parolière d’Israël, la compositrice de Yeroushalaim shel Zaav, de Lu Yehi, de Al kol Ele qui arrêtait de chanter pour toujours le 26 juin 2004, il y a six ans.

Lu Yehi est interprétée par Hava Alberstein devant des soldats pendant la guerre de Kippour:

Et du pont des cordes à Jérusalem inauguré le 25 juin 2008. Magnifique pont. Dommage qu’il n’y ait toujours pas de tramway.

Et bien sûr, j’avais envie de dire la mobilisation pour Gilad en Israël, les premières pages des journaux, les applications sur Facebook. Gilad qui ne peut pas rentrer à la maison et une délégation juive qui ne peut péleriner sur une tombe de Saint. Cela me rappelle la phrase d’Amos Oz dans son livre Histoire d’amour et de ténèbres:

De nos jours, l’Europe a changé, elle est pleine à craquer d’Européens. Soit dit en passant, les graffitis aussi ont changé du tout au tout en Europe : l’inscription « Les Juifs en Palestine » recouvrait tous les murs quand mon père était enfant en Lituanie. Lorsqu’il retourna en Europe une cinquantiine d’année plus tard, les murs lui crachèrent au visage : « Les Juifs hors de Palestine ! »

Et puisque nous sommes dans les rappels historiques, le 25 juin 1240, un siècle avant  l’époque où le rav EinKaoua vivait à Tlemcen,  a eu lieu le Procés du Talmud à Paris sous la direction de Saint-Louis. Suite au procès des centaines de Talmud furent brûlés sur la Place de Grève, préfigurant d’autres autodafés.

Je mélange tout? Peut-être.

Shabbat Shalom.