Un film israélien: HaMashgihim, Les Voisins de Dieu

WhatsAppEmailPrintPartagez

Dans le cadre du Billet de l’invité(e), Brigitte C. nous livre sa critique du film Les Voisins de Dieu, God’s neighbors –  המשגיחים Hamashgikhim, le premier long métrage de Meni Yaesh. Il est sorti sur les écrans  en Israël en juillet 2012.  Au Festival de Cannes 2012, il a été présenté dans le cadre de la semaine de la critique et a obtenu le Prix SACD.

Avec : Roy Assaf, Gal Friedman, Itzik golan, Rotem Ziesman-Cohen et bien d’autres.

A Bat Yam, dans un quartier décrépi, trois jeunes gens désoeuvrés font régner la loi de Dieu, celle qu’ils se sont appropriée, par intimidations et violences contre toute personne dont le comportement  est une atteinte à leur foi. Ils savent comment  les femmes doivent s’habiller,  jusqu’à quelle heure on a le droit de travailler avant le shabbat,  si on a le droit de vendre des films érotiques et si les Arabes de Yaffo ont le droit de venir dans leur quartier.  Suite à son amour pour une jeune fille du quartier, Avi, le personnage central du film, est pris de doutes, et comme il le crie face à la mer et au ciel dans une scène impressionnante :  « Mais que veut Dieu ? »

Allez voir le film de Meni Yaesh. C’est un excellent film où rien n’est simple. Les acteurs sont formidables, le scénario est subtil, les personnages complexes, le film, docu-fiction ou non, nous parle de nous : à Bat Yam, on n’appelle pas la police sauf quand il est trop tard, les adultes – les vrais – ont démissionné  et le rabbin, dont les trois jeunes gens écoutent avec ferveur les leçons, tient des propos envoutants mais n’a rien à dire sur la réalite qui les entoure. Quant à la musique et à l’usage qu’en fait le metteur en scène, je n’en dirai pas plus : c’est la cerise sur le gâteau.

 

« Les Voisins de Dieu » n’est pas la traduction littérale du titre hébreu Hamashgikhim המשגיחים qui veut dire « Les superviseurs ».