Un Shabbat en Chine

WhatsAppEmailPrintPartagez

Dans le cadre du billet de l’Invité(e), j’accueille mon amie Esther Orner qui revient de Chine.

J’ai eu du mal à tenir mon journal de voyage en Chine.  Avec  Shai Bar Ilan Geographical Tours. Je l’ai relu lors de mon premier Shabbat à Tel Aviv.

Notre premier Shabbat en Chine nous l’avons passé à Hangzhou. Un premier Shabbat dans les règles de l’art. Meir, le mari de la sympathique Yaffa de Haifa, excellent Hazan, chantre, a animé la prière. Après celle du matin et le déjeuner pris à l’hôtel, nous sommes allés à pied visiter une vielle pharmacie tout en bois. Elle existe depuis cent cinquante ans. Elle fait partie d’un marché traditionnel. Un vrai plaisir de voir déambuler les Israéliens mains dans les poches. Pas d’achat le Shabbat. Et j’allais surtout plus tard découvrir cette folie des emplettes. Nous avons eu droit à quinze minutes de quartier libre. J’étais tellement fatiguée que je suis retournée à la pharmacie me reposer sur un banc. Je me suis assise à côté de deux tricoteuses de chaussons pour bébé. Probablement pour vendre. Certainement pas pour de petits enfants qu’elles n’ont pas. Tout au plus un seul. J’ai d’ailleurs adoré photographier ces enfants uniques souvent accompagnés par un des parents, de deux grands-mères et de deux grands-pères. Le plus amusant c’était de les voir trépigner pour obtenir ce qu’ils voulaient. Les filles, de vraies poupées. Je demandais la permission de photographier, ce que j’obtenais. Et d’autre part, des Chinois me demandaient la permission de me photographier avec ma fille unique Daphna. Nous devions leur paraître exotiques et représentatives de l’Europe ou de l’Amérique. Mais revenons à la pharmacie. Je me suis assise dans un coin pour faire discrètement des respirations yoga avant de reprendre une longue marche pour rentrer à l’hôtel. Lorsque j’ai ouvert les yeux, trois jeunes gens me regardaient. L’un deux m’a demandé d’où je venais. Ils ont fini par comprendre que je venais d‘Israël. Je ne connaissais pas encore le mot chinois – Issiliè. Seul mot que j’ai retenu, mais aussi, merci – Chéché.

D’emblée l’un d’eux m’a dit que les Juifs étaient très intelligents, même plus qu’eux. J’ai protesté. Il a dit même Einstein était juif. C’est vrai. Et aussitôt une question inattendue:  – Pourquoi les Allemands vous ont fait ça? J’étais interloquée et j’ai fait bêtement un signe pour dire qu’ils étaient crazy. Un d’eux a dit – jaloux. Et le troisième – des idiots. Ils m’ont demandé si je savais qu’à Shanghai, les Chinois avaient sauvé les Juifs. Oui, oui et je me suis excusée car je devais rejoindre le groupe. J’étais presque en retard.  Seule, je n’aurais pas su me diriger vers l’hôtel et faire ma sacro sainte sieste du Shabbat. J’ai gardé ces paroles pour moi.  Et une fois de plus je me suis fait la réflexion que le Shabbat était une des plus belles inventions. Preuve d’une belle intelligence.

©Esther Orner

Photo ©Daphna Merzer