Le Premier film de Palestine

WhatsAppEmailPrintPartagez

 

Les archives du film juif ont été créées à la fin des années 60 à l’Université hébraïque de Jérusalem. En 1987, suite à une trés substantielle donation de Steven Spielberg, elles ont pris le nom d’ Archives « Steven Spielberg » du film juif. Elles recèlent bien des trésors et notamment le premier film réalisé en Palestine. « Le Premier film de Palestine » est l’oeuvre de Murray Rosenberg (1872-1966), un juif anglais, l’un des membres fondateurs de la Fédération sioniste anglaise . Ce film lui a été inspiré par Théodore Herzl et lui est dédié. Il a été projeté la première fois à Bâle lors du dixième Congrès sioniste. En avril 1911, Murray Rosenberg et sa femme se rendent en Palestine avec une lettre de recommandation de David Wolffsohn, qui avait succédé à Théodore Herzl comme président de l’Organisation sioniste mondiale.

Les premières images montrent Haïfa filmé à partir du pont d’un bateau ancré dans la baie. Des ouvriers yéménites travaillent sur le chantier du Technion. A Tibériade, les festivités pour la hilloula, le pèlerinage sur le tombeau de Rabbi Meïr Baal Haness est conduite par le gouverneur turc, Moustapha Pacha.

A Jérusalem, on voit la porte de Jaffa, le souk, une manifestation conduite par David Yellin pour que l’hébreu et non l’allemand soit enseigné dans les écoles du Yishouv, une procession chrétienne lors du Dimanche des Rameaux, le carrosse de Sir Moïse Montefiore. Une longue visite à l’école Betzalel, l’académie des Beaux-Arts fondé en 1906. Murray Rosenberg et sa femme guidés par son directeur Boris Shatz visitent la manufacture de tapis et les divers ateliers.

Le film se termine sur de longs plans très émouvants du Mur des Lamentations. Les dernières minutes du film sont particulièrement vivantes. On y voit une petite fille au Mur des Lamentations, fascinée par la caméra, qui ne lâche pas l’objectif.