La place Rabin

WhatsAppEmailPrintPartagez

כיכר רבין, Kikar Rabin‎

Je suis arrivée en Israël en août 2008 et depuis ma vie a été ponctuée par des événements qui se sont passés sur cette place.

J’ai assisté au départ de  la course de nuit, à Simhat Torah, au marché de Soukkot, à l’installation du tapis de fleurs; j’y ai vu une Ville arc-en-ciel, j’ai participé à la Bénédiction du Soleil, j’ai acheté des livres pendant la Semaine du Livre, il y a eu le lancement des festivités du centenaire de Tel Aviv. Je suis venue manifester pour Gilad Shalit, 1232 jours en captivité et je dois oublier d’autres événements, ceux que je n’ai pas consignés dans mon blog…

Hier soir, j’étais là pour la 14ième commémoration du meurtre du premier ministre Yitshak Rabin. Avec des sentiments mitigés. La dernière fois que j’ai assisté à une telle commémoration, c’était en 1998 et il me semble que tout le pays était là dans sa diversité. Hier soir, il y avait surtout des mouvements de jeunesse.

La place Rabin, qui se touve au pied du bâtiment de la municipalité de Tel Aviv porte ce nom depuis la fin de la semaine de deuil d’Yitshak Rabin. C’est Roni Milo, le maire de l’époque qui annonça ce changement de nom. Avant le 4 novembre 1995, elle s’appelait כיכר מלכי ישראל, Kikar Malkhey Yisrael, la place des rois d’Israël.

C’est la plus grande place de Tel Aviv, un point de convergence essentiel, là où se tient des manifestations politiques, des rassemblement de toutes sortes. Là qu’est fêtée la fête de l’Indépendance d’Israël à Tel Aviv. C’est sur cette place après un rassemblement pour la paix que Yitshak Rabin a été assassiné. A l’emplacement exact se trouve un mémorial.

Mémorial Rabin

Mémorial Rabin

Il fait pendant à un autre mémorial, une sculpture d’Ygal Tumarkin qui commémore la Shoah. C’est une pyramide renversée sur elle-même en fer rouillé qui a été installée sur la place en 1975.

Bref historique

En 1925, la municipalité achète des vergers qui appartenaient à un habitant du village de Someil dans le but de construire un hôpital; le projet  n’aboutit pas mais entre-temps la municipalité avait pris en charge le verger et vendait sa production.

En 1939, il y avait un jardin public du nom de Gan Hadassah, une piscine et un zoo.

Le 14 novembre 1945, il y eut une manifestation qui réunit plus de 45 000 personnes soit le quart des habitants de la ville venus protester  contre le  livre blanc. Ils demandaient aux Britanniques d’ouvrir les portes du pays aux réfugiés de la Shoah.

En 1964, Avraham Yaski et Shimon Provzner sont les architectes de la place tandis que c’est Menahem Cohen qui a conçu la municipalité dans un style brutaliste, béton « brut de décoffrage » et répétition de motifs. La municipalité possède 720 fenêtres identiques  et s’étend sur 27,000 mètres carrés.

Comme l’a résumé le président Obama qui a envoyé un message filmé aux participants de la commémoration hier,  la place Rabin est un lieu de tragédie mais aussi un lieu d’espoir:

It is a place of tragedy, it is a place of hope.