Shakshouka, brouillade et embrouillade

WhatsAppEmailPrintPartagez

Cette semaine a été diffusée sur la première chaine israélienne, un documentaire très controversé, Shitat Hashakshuka, שיטת השקשוקה, le système Shakshouka, qui met en cause la proximité du pouvoir et des affaires en Israël, les embrouilles des riches, en prenant comme exemple la famille Ofer, la famille la plus riche d’Israël, entre autres, propriétaire du transporteur maritime ZIM, des usines chimiques de la Mer morte, de raffineries et j’en passe…

La première chaine a diffusé le documentaire mais avec un droit de réponse  sous forme d’un film de 20 minutes qui explique la position des frères Ofer. Depuis sur toute les radios, dans tous les journaux, dans les marchés et les diners, c’est le sujet dont on parle en Israël.

Au-delà des problèmes de fond soulevés par le documentaire, de manière beaucoup trop démagogique à mon goût par le journaliste Miki Rosenthal, ce qui m’a fait beaucoup rire c’est que la soirée a été sponsorisée par une marque de shakshouka en boite!

Apportée par les olim d’Afrique du Nord, la shakshouka est devenue un plat typiquement israélien. 

C’est un plat à base d’oignons, de tomates et de poivrons revenus sur lesquels on verse des oeufs brouillés ou on fait des oeufs sur le plat. Les variantes sont infinies, dernièrement j’ai mangé une délicieuse shakshuka verte, généreuseument assaisonnée de persil.

1SHAKSHOUKA

Une adresse pour manger une excellente Shaksouka cashère, l’incontournable Docteur Shakshouka à l’entrée de Yaffo. (Pour une présentation en français de ce restaurant, lire le billet sur le blog Manger à Tel Aviv)

Et vous, comment préparez-vous et mangez-vous votre shakshouka? votre fritta? votre omelette espagnole? vos huevos ronceros? votre menemen? votre choukchouka? votre brouillade? Ouf, quelles embrouillades!