La souris de la ville valse avec Bachir

WhatsAppEmailPrintPartagez

L’un de mes plaisirs le vendredi après-midi est de lire les journaux avec leur cortège de suppléments. C’est un plaisir que je partage avec la plupart des Israéliens, un rituel.

Mon journal, ce week-end, pèse 1 kg 450 g. J’ai vérifié sur ma balance de cuisine le poids des mots!

Mon supplément préféré s’appelle עכבר העיר, La souris des villes qui a pour sous-titre, la Bible des loisirs, התנ »ך של הבילאוים.

C’est un livret de 114 pages avec des rubriques, cinéma, restos, expos, shopping, théâtre, livres, sport, vie nocturne etc… en un mot, le Pariscope de Tel Aviv ou de Jérusalem, chaque grande ville d’Israël ayant le sien.

Chaque week-end, je le lis avec attention et je coche tous les événements culturels auxquels j’ai envie d’assister. En général, pendant la semaine, je n’ai le temps ou à la force pour très peu de ces activités mais la semaine d’après, je recommence avec le même sérieux. Au moins je suis au courant de ce qui se passe dans ma ville.

La couverture de La souris de la ville est aussi intéressante que son contenu. Pendant la guerre contre le Hamas, l’illustrateur a choisi de colorer une scène de la vie quotidienne en rouge, comme le nom de code de la sirène Couleur rouge que les habitants ont entendu si souvent.

1Souris rouge

Cette semaine est sous le signe des Oscars et c’est Ari Folman, le réalisateur de Valse avec Bashir qui fait la une. Ari Folman sort des eaux de la Méditerranée non pas vers Beyrouth mais vers les Oscars, Wall-E dans le fond:

Folman

Suspense en Israël, est-ce que Valse avec Bachir va recevoir l’oscar du meilleur film étranger. Les pronostics de la souris de la ville penchent plutôt pour Entre les Murs, le film français de Laurent Cantet. En tous cas, dans la nuit du 22 au 23 février 2009, nombre d’Israéliens vont rester devant la télé pour savoir qui est le gagnant.