Ce pays qui te ressemble de Tobie Nathan

WhatsAppEmailPrintPartagez

Je suis heureuse d’accueillir Esther Orner dans le Billet de l’Invité(e) pour sa lecture du livre de Tobie Nathan, Ce pays qui te ressemble.

CVT_Ce-Pays-Qui-Te-Ressemble_2189

Ce pays qui te ressemble, Tobie Nathan (Stock 2015)

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de présenter Tobie Nathan. Ce livre est son dixième roman. Il a écrit d’autres choses. En tout quarante livres. C’est ce que l’on appelle un auteur prolifique.

Tobie Nathan est un conteur comme on en fait plus. Il aime écrire. Le résultat c’est que ses livres sont ludiques, imprégnés d’humour et de sérieux.

Ce pays qui te ressemble est à la fois roman d’amour et roman historique.

Il est question de l’Égypte. L’histoire avec ses nombreux personnages se situe entre 1925 et 1952. Et s’il ne fait pas référence à nos jours, ce qu’il raconte sur cette période nous ramène inexorablement à notre temps.

Rommel, la Deuxième Guerre mondiale, l’occupation anglaise, le Roi Farouk adoré par son peuple, la naissance des Frères musulmans, le Djihad, Nasser.
Les faits s’avèrent précis et s’intègrent tout naturellement dans le récit romanesque.

La première phrase est inattendue : Les Égyptiens sont des cannibales.La suite est plutôt rassurante : Regardez bien une fève ; observez-­la de près, vous verrez combien elle ressemble à un fœtus. Depuis l’antiquité les Égyptiens sont des mangeurs de fèves, des mangeurs de fœtus. Ma mère s’appelait Esther. Des fœtus, elle dut en manger des quantités avant de finalement tomber enceinte…

Nous sommes dans Haret el Yahoud, des juifs pauvres et religieux y vivent ne se privant pas de râler contre Dieu et les superstitions font partie de leur quotidien.
Esther et Motti, l’aveugle citant tout le temps des versets bibliques s’aiment d’amour fou, mais n’arrivent pas à avoir un enfant. Après avoir tout essayé
dans leur communauté, Esther accompagnée d’une de ses tantes ira voir une sorcière arabe qui par la magie rendra Esther apte à accoucher d’un garçon qui sera prénommé Zohar. Il faudra trouver une femme qui allaitera le nouveau né. Un amour fou et interdit à l’issue incertaine naitra entre Mysraya,l’Egyptienne et Zohar, le juif allaité par la mère de cette magnifique
chanteuse et danseuse. Tout cela est raconté avec plein de détails. Des aventures rocambolesques toutes les unes plus convaincantes que les autres.

Zohar a deux amis d’enfance juifs avec lesquels plus tard il créera une grosse affaire d’eau bleue (de l’alcool prohibé). Le premier Joe di Reggio, fils d’une grande famille juive chez qui sont invités des célébrités tels les Cicurel, les Harrari, les Cassouto. Zohar sera invité pour la bar mitsva de Joe. Ce sera sa première sortie de Haret el Yehoud.

Joe au grand dam de sa famille deviendra sioniste. Adieu les affaires. Il sera assassiné par les Frères musulmans et pas par n’importe qui.

Le second Nino Cohen fait sa médecine. Il est attiré par le communisme dont curieusement la place sera prise par les Frères musulmans. Nino se convertit et deviendra un fanatique guerrier du djihad. Toutefois il épargnera
Zohar qui n’appartient qu’à lui-même et le convaincra de partir.

Zohar qui aura gravi tous les échelons de la société égyptienne qu’il aime, devra s’exiler. Il part en France. Plus de juifs en Égypte.

Je pense à l’enseignement de Manitou. Lorsque les hébreux sont sortis d’Égypte il leur a été interdit d ‘y retourner ainsi qu’à leur descendance. Et pourquoi ? L’Égypte étant la matrice de la naissance du peuple d’Israël, la coupure s’impose. Toutefois on peut manger des fèves, un de mes légumes préférés !

Cette interdiction n’empêchera pas la formation de communautés tout le long des siècles jusqu’à l’arrivée en 1952 de Nasser qui mettra fin à la
présence juive en Égypte.

©Esther Orner