Si c’est un enfant…

WhatsAppEmailPrintPartagez

de tout temps, en tout lieu, écrire un poème est un combat contre la barbarie.

C’est un enfant en âge de faire sa bar-mitsvah qui écrit des poèmes en polonais dans le camp de Bergen-Belsen. Pour brouillon, il se sert d’une planche arrachée à son châlit. Une fois satisfait du résultat, il recopie au propre à l’encre bleue le poème sur son carnet. Il le déclame ensuite devant les autres. Les poèmes portent les titres  de Convoi, Mes tourments, Le jour de la fête des mères, La sirène du train, Ghetto, Ghetto en flammes

A chaque mot, l’enfant crie l’absence de sa mère.

4. La plaie s’est cicatrisée (23 mars 1944)

Au début, le couteau a juste égratigné,

Puis il s’est enfoncé avec brutalité,

Il a lacéré, creusé, percé;

A la fin, le coup terrible,

Oh Dieu! Ils m’ont pris ma mère.

(…)

 

10. Tragi-comédie du camp, écrite à l’occasion du premier anniversaire de notre arrivée à B.-B. (14 juillet 1944)

Entre le monde

Et tout ce que nous possédons,

Gamelle, tasse, couverture et puanteur,

Une simple clôture de barbelés en parfaite état.

(…)

 

13. Et la vie continue (7 octobre 1944)

Et la vie continue

Je comprends une telle formule

Ici une conversation de tous les jours est tenue

Et là-bas le monde brûle.

(…)

 

 

 

Jerzy Henryk Orlowski devenu Uri Orlev (Orlev  אורלב en hébreu signifie la lumière du coeur) en Israël écrit de la littérature pour la jeunesse en hébreu.  Son livre, Une île, rue des oiseaux , publié en 1981, est devenu un best-seller international.

Saluons la traductrice Sabine Huynh qui a pris l’initiative de traduire les poèmes d’Uri Orlev et d’adresser le manuscrit de ses traductions aux Editions de l’éclat.

Le livre contient une admirable préface intitulée Si c’est un enfant, quinze poèmes traduits par Sabine Huynh et un fac-similé du carnet. Témoignage et poésie. Le carnet comme l’enfant ont survécu à la tourmente et sont là pour dire, dire encore.

POÈMES ÉCRITS À BERGEN-BELSEN EN 1944 EN SA TREIZIÈME ANNÉE d’Uri Orlev. Traduit de l’hébreu par Sabine Huynh. Editions de l’éclat , 96 p., 10 €.

Publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah en partenariat avec Yad Vashem à Jérusalem