Ecriture et Désert à Jérusalem

WhatsAppEmailPrintPartagez

Le Dimanche 9 Janvier à 18h30 à la librairie Vice-Versa à Jérusalem, présentation du numéro 7 de  Continuum, la revue des écrivains israéliens de langue française, sur le thème  Ecriture et Désert, avec Marlena Braester, Sabine Huynh, Liliane Limonchick, Esther Orner, Rachel Samoul.

Librairie Vice-Versa , 1 rue Ben Shata, Jérusalem, Tel: 972 (0)2-6244412 Fax:972 ( 0)2-6244112

continuum no 7

Editorial

Dans la partie de son entretien avec Edmond Jabès consacrée à sa relation au désert Marcel Cohen lui pose une question clé :
– Vous voulez dire que le désert serait le véritable lieu de la parole ?
– Oui. La parole n’a droit de cité que dans le silence des autres paroles. Parler, c’est d’abord s’appuyer sur une métaphore du désert, c’est occuper une blancheur, un espace de poussière ou de cendre, où la parole victorieuse s’offre dans sa nudité affranchie.
C’est sous ce signe désert et écriture que s’est constitué, cette année, un corpus de textes en prose et de poèmes qui sont donnés à lire dans le numéro 7 de Continuum. Chaque auteur dit son désert, tel qu’il s’est mué en écriture poétique, sous forme de voix mêlées de silence, de rythmes et de rimes, d’images et de réflexions : partout un vécu marqué d’une manière ou d’une autre par la brûlure désertique. Cette écriture du désert est complétée par des textes sur la Bible et l’histoire et par des poèmes traduits de l’hébreu en français.

La deuxième partie de notre revue est consacrée à la mémoire du poète Alain Suied né en Tunisie, lui aussi proche du désert. Nous ne pouvions que dire le manque et la tristesse de sa disparition. Sa poésie continuera à nous dire sa profonde judaïté, ses blessures, l’humain, l’Ouvert, le « jour ultime/ et premier à la fois ». Ce n’est pas un hasard qu’Alain Suied ait été attiré par un poète tel Paul Celan ; écrite « au-dessus de l’abîme », leur poésie est faite de blessures et de profondeur. Alain Suied nous parle des « hautes profondeurs de la mémoire » et l’équilibre sobre de ses vers reste inoubliable. Des témoignages émouvants s’ajoutent aux poèmes inédits publiés ici pour la première fois.
Dans le texte intitulé Vers le haut, on retrouve le poète face au poème : « Le poème est en avant de nous – détaché, désaliéné, inaccessible et possible à la fois. […] Vers le haut, oui. Comme les bras levés d’une interrogation, d’un sursaut au-dessus de nos propres limites, d’un refus de toute fermeture. […] Adossé à la Nuit mais veilleur attentif de la première ou de l’unique lueur […] Le poème parle à chacun dans la langue de sa peine, de son exil, de son espérance. »

Sommaire

Editorial
Désert, toujours
Le désert dans la Bible, dans l’histoire
Jacquot Grunewald, L’appel du désert
Francine Kaufmann, Le désert dans la Bible hébraïque
Yaïr Biran, D’un désert à l’autre

Le désert et nous
Betty Rojtman, Moïse
Esther Orner, Ne fais pas de ta maison un désert
Agnès Bensimon, Orpah
Rachel Samoul, Quand la poussière patine le monde
Sabine Huynh, Te souviens-tu du désert ?
Shmuel Meyer, Désert en lui
Liliane Limonchik, Entre les pierres
Chantal Osterreicher, L’aimant

Edmond Jabès, entretiens avec Marcel Cohen

Poésie du désert
Maya Bejerano, Le sérieux du silence
Ronny Someck, Dix égratignures du vent sur le front du désert
Colette Leinman, Oratorio lunaire
Roselyne Déry, Désert – Variations en clair-obscur
Christophe Lamiot Enos, Homme attendant près de son automobile à Beershéva
Shur Antebi, A l’orée du désert
Haya Ester, Ce silence
Marlena Braester, Poèmes inédits
Francine Kaufmann, Hébraïques
Bettine Amir, Dans le désert
Yaïr Biran, Entendez la clameur
Danielle Wortman
Le divan des poètes
Entretien : Ronny Someck / Marlena Braester

Evénements à l’Institut français de Tel-Aviv
Daniel Mendelson, La BD s’invite en Israël : première édition de l’événement « D’une bulle à l’autre »

Notes de lecture
Tobie Nathan, Qui a tué Arlozoroff ? – par Esther Orner
Henri Raczymow, Eretz, – par Esther Orner
Marlena Braester, Presque v’île – par Serge Martin
Shmuel T. Meyer, Le Périmètre de l’étoile, – par Liliane Limonchik
Shmuel T. Meyer, Les villes n’ont pas de toit, – par Liliane Limonchik

Hommage à Alain Suied
Poèmes inédits
Témoignages et textes critiques
Jean-Pierre Allali, Alain Suied, un homme libre
Daniel Leuwers, Alain Suied, le poète, l’ami
Gaspard Hons, Dans la proximité de l’humain : Alain Suied, toujours
Raphaël Draï, Tombeau d’Alain Suied. Poésie et prière
Sylvie Germain, A fleur de silence
Bibliographie