Un supplément d’âme pour ces quatre chansons israéliennes

WhatsAppEmailPrintPartagez

Voici quatre nouvelles chansons israéliennes qui m’ont particulièrement touchée, de celles qui vous donnent la chair de poule.

  1. Amir Dadon et Shuli Rand chantent « Entre sacré et profane », בין קודש לחול

2. Hanan Ben-Ari pour One family, une organisation qui aide les victimes du terrorisme et leur famille. La chanson s’appelle « Champion du monde », עלןף העולם et dans la vidéo participent des personnes touchées par le terrorisme. C’est poignant : Je suis le champion du monde pour tomber et me relever comme un grand. Je suis le champion du monde. Je choisis chaque jour de continuer à vivre.(…) Je suis le champion du monde à vouloir ou au moins à essayer/

3. Ishay Ribo que j’adore sort un album intitulé Elloul Tashat, אלול תשע״ט, Elloul 5779.

4. Le chanteur Ovadia Hamama reprend une chanson écrite par Dvir Sorek, le jeune homme de 19 ans tué par des terroristes palestiniens au mois d’août dernier. On entend la voix de Dvir au début et à la fin de la chanson. Dvir Sorek, étudiant dans le cadre d’un programme spécial combinant études religieuses et service militaire a été poignardé le 8 août 2019, quelques jours avant son 19e anniversaire, alors qu’il était sorti de chez lui pour acheter des livres en cadeau pour ses professeurs. Que son souvenir soit source de bénédiction.