L’appartement, un documentaire d’Arnon Goldfinger

WhatsAppEmailPrintPartagez

Brigitte C. continue dans le cadre du Billet de l’Invité(e)  sa chronique sur  les documentaires israéliens. Après,  « Israel: a home movie », voici L’appartement, un documentaire d’Arnon Goldfinger 2011.

hadira Lappartement, un documentaire dArnon Goldfinger

A 98 ans, la grand-mère du metteur en scène meurt. Ayant fui l’Allemagne en 1936, mariée puis veuve, elle vivait depuis à Tel-Aviv, rue Gordon, dans un immeuble de style Bauhaus.

A sa mort, sa fille et ses enfants vident peu à peu l’appartement. Ils ouvrent tiroirs et placards où était conservé un monde disparu à travers d’innombrables objets sans autre objet que le souvenir: vases d’une autre époque, bijoux pèle-mèle, des dizaines de paires de gants  privés d’usage, des ustensiles, des vêtements qui emplissent des dizaines de sacs poubelle deposés au pied de l’immeuble.

La famille  essaie de trouver un endroit accueillant pour les livres mais « encore Goethe! Personne n’en veut plus » dit gentiment le libraire venu passer en revue la bibliothèque de la grand-mère décédée.  Quant aux meubles, ils seront vendus pour trois fois rien à un brocanteur.

Parmi toutes les reliques, une très étonnante correspondance en allemand qui lancera le metteur en scène dans une longue enquête: avant d’immigrer en 1936, ses grands-parents entretenaient une amitié avec un officier national-socialiste, le  baron de Mildenstein. Le baron viendra même en visite en Palestine. Mais plus dérangeant encore, leur correspondance et leur amitié reprendra après la guerre.  Que s’est-il passé ? Comment ont-ils fait ? Comment ont-ils pu ?

Dans cette quête, Arnon pousse sa mère à se joindre à lui, elle qui ignorait tout de cet épisode familial. Le film, ni triste ni pesant, se termine sur une tentative d’explication qui apaise partiellement. La lumière se rallume, on quitte la salle,  les pensées s’attardent longtemps auprès du spectateur   qui continue de s’interroger.

L’appartement, un documentaire d’Arnon Goldfinger 2011. 97 min.

Hébreu-allemand-anglais. Sous-titres en hébreu.