Un été de cinéma israélien en français à Tel Aviv et à Jérusalem

WhatsAppEmailPrintPartagez

Un été de cinéma israélien en français du 15 juillet 2018 au 5 septembre 2018 à la cinémathèque de Tel Aviv

En août et septembre à la cinémathèque de Jérusalem

L’Israel Film Fund et l’Institut français d’Israël proposent pour la deuxième année consécutive « Un été de cinéma israélien – en français » ! 8 films israéliens en version originale sous-titrée en français seront programmés cet été à partir du 15 juillet à la cinémathèque de Tel Aviv. Et pour la première fois, une sélection de 3 de ces films sera également projetée à la cinémathèque de Jérusalem en août et en septembre. L’occasion pour les francophones, qu’ils soient résidents ou touristes, et pour tous les amoureux du cinéma et de la langue française, de découvrir ou redécouvrir, l’actualité du cinéma israélien.

Avec près de 3200 spectateurs l’année dernière, le succès était au rendez-vous pour le lancement de la première édition d’Un été de cinéma israélien – en français ! Autant les francophones d’Israël que le public israélien ont eu à cœur de découvrir ou de revoir une sélection de films israéliens récents, sous-titrés en français. L’Israel Film Fund et l’Institut français d’Israël ont souhaité poursuivre ce cycle de projections et proposent cette année une deuxième édition d’Un été de cinéma israélien – en français du 15 juillet au 5 septembre 2018 à la cinémathèque de Tel Aviv, et pour la première fois, en août et en septembre à la cinémathèque de Jérusalem.

8 films israéliens, tous sortis en 2017, seront projetés à la cinémathèque de Tel Aviv : « Les destinées d’Asher » de Matan Yair, sorti en France en mars 2018, « The Testament » d’Amichai Greenberg, « Foxtrot » de Samuel Maoz, sorti en France en avril 2018, récompensé du Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise en 2017, « Longing » de Savi Gabizon, Ophir 2017 du meilleur scénario « Maktub » d’Oded Raz, « The Cakemaker » d’Ofir Raul Graizer, « The cousin » de Tzahi Grad, et « Outdoors » d’Asaf Saban.

A la cinémathèque de Jérusalem, le public hiérosolymite pourra voir, pendant tout le mois d’août : « Les destinées d’Asher » de Matan Yair, « The Testament » d’Amichai Greenberg et  « Maktub » d’Oded Raz.

Chaque film à sa manière et dans le langage choisi par le réalisateur raconte des situations sincères, émouvantes ou réalistes issues d’un vécu social propre à Israël et constitue une clé d’appréhension, à travers le cinéma, de la société israélienne dans toute sa richesse et sa complexité. L’amour, la famille, le couple, l’armée, l’école font partie des thématiques abordées par les films sélectionnés.

A la cinémathèque de Tel Aviv, du 15 juillet au 5 septembre, deux fois par semaine, les dimanches et mercredis, à 17h et à 19h30, et à la cinémathèque de Jérusalem, en août et en septembre (dates et horaires des projections à venir), rendez-vous est pris cet été, pour voir ou revoir ces films en version originale sous-titrée en français et permettre aux francophones et hébréophones, de partager, à travers le regard de réalisateurs israéliens, un moment de cinéma et de culture.

« Un été de cinéma israélien – en français » est un cycle de films israéliens proposé par l’Israel Film Fund et l’Institut français d’Israël, présenté cette année dans le cadre de la Saison croisée France Israël 2018, avec le concours des Cinémathèques de Tel Aviv et Jérusalem, et en partenariat avec la Mairie de Tel Aviv-Yafo.

Bon été à tous !

  / LES FILMS

« Les destinées d’Asher » (Scaffolding) de Matan Yair (2017)

Sortie en France : mars 2018

Asher, 17 ans, a toujours été impulsif, sujet à des accès de colère. Il est également doté d’un grand charme et se montre extrêmement débrouillard. Son père pense qu’il reprendra l’affaire familiale d’échafaudages, mais Asher trouve un autre modèle masculin en la personne de son professeur de littérature, Rami, et noue avec ce dernier une relation très particulière. Déchiré entre ces deux mondes, Asher se cherche une autre vie et une nouvelle identité. Une tragédie soudaine le soumet à une ultime épreuve.

La bande-annonce

« The testament » d’Amichai Greenberg

Sortie en France : mars 2018

Yoel, historien dévoué, et ultra-orthodoxe participe à un débat international autour d’un massacre de Juifs en Autriche pendant la Seconde Guerre mondiale. L’enquête de Yoel révèle des informations classifiées qui va le renvoyer au passé trouble de sa mère. Il sait qu’une enquête plus poussée le conduira à une révélation terrible, et décide malgré tout d’aller jusqu’au bout.

La bande-annonce

« Foxtrot » de Samuel Maoz

Sortie en France : avril 2018

Après le passage des fonctionnaires de l’armée qui se présentent à leur domicile pour annoncer la mort de leur fils, Jonathan, Michael et Dafna sont dévastés. Michael est de plus en plus exaspéré par ses proches qui veulent gérer l’enterrement et les bureaucrates bien intentionnés de l’armée. Alors que sa femme sombre dans le sommeil, Michael s’embourbe dans un tourbillon de colère. Tandis que plus loin quelque part dans un camp militaire, le fils va vivre des expériences à la fois oniriques et tragiques.

Lion d’argent – Grand prix du jury à la Mostra de Venise en 2017

La bande-annonce

« Longing » de Savi Gabizon

Ariel la cinquantaine est un homme aisé et sans enfant. Son ex petite amie lui annonce que de leur relation est né, il y a vingt ans, un fils qu’Ariel n’a jamais connu et qu’il ne connaîtra jamais, le jeune homme étant mort récemment dans un accident. Soudain, lui qui n’a jamais eu d’enfant se retrouve face à une occasion perdue. “Quel père aurais-je été ?” : à cette question, Ariel ne pourra jamais répondre, mais il va tenter de dépasser ses propres traumatismes, il va mieux se connaître et guérir ses blessures.

13 fois nominés aux Ophir israéliens, dont l’Ophir du meilleur film, « Longing » a reçu l’Ophir 2017 du meilleur scénario.

Récompensé du Prix du meilleur scénario et du Prix du public au Festival du film de Jérusalem en 2017.

La bande-annonce

« Maktub » d’Oded Raz

Sortie en France (sur Netflix) : juin 2018

Steve et Chuma, deux malfrats sont les seuls survivants d’une attaque terroriste dans un restaurant de Jérusalem. Ils décident alors de devenir deux anges gardiens aux intentions pures et de faire le bien autour d’eux. Pour accomplir cette nouvelle résolution, ils vont réaliser les vœux de personnes qui glissent leurs souhaits dans les pierres du mur des lamentations à Jérusalem. Mais y arriveront-ils ?  Un des plus gros succès au box-office israélien de ces dernières années.

La bande-annonce

« The Cakemaker » d’Ofir Raul Graizer

Sortie en France : juin 2018

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un israélien marié qui voyage fréquemment à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt dans un accident de voiture en Israël, Thomas se rend à Jérusalem pour chercher des réponses. Sous une fausse identité, il s’infiltre dans la vie d’Anat, la femme de son amant, propriétaire d’un petit café au centre-ville de Jérusalem. Le jeune homme commence à travailler pour elle et à faire des gâteaux et des biscuits allemands qui vont contribuer à faire de cet endroit, un des plus prisés de la ville. Il l’aide peu à peu à surmonter son chagrin. Impliqué dans la vie d’Anat, Thomas ne peut refuser ses avances sentimentales mais pour protéger la vérité, il étendra son mensonge jusqu’à un point de non-retour.

La bande-annonce

« The Cousin » de Tzahi Grad

Naftali, producteur de télévision, se décide à terminer chez lui des travaux trop longtemps remis à plus tard et embauche un ouvrier palestinien Fahed. Une fille du village se fait agresser, et la communauté israélienne se retourne contre Fahed. Naftali est le seul à le soutenir, mais va rapidement devoir faire face aux préjugés de tous et à ses propres contradictions.

Présenté en première mondial à la Mostra de Venise en 2017 (nominé pour le Lion d’or du meilleur film) puis au Festival international du film à Haïfa.

Nominé pour l’Ophir du meilleur acteur pour Tzahi Grad et l’Ophir du meilleur scénario

Récompensé du Prix du meilleur acteur pour Tzahi Grad au Festival international du film à Haïfa

« Une maison en Galilée » (Outdoors) d’Asaf Saban

Gili et Yaara décident de quitter la ville et de prendre un nouveau départ en construisant une maison dans la campagne de Galilée. Mais tandis que leur maison de rêve est en construction, les fondements de leur relation s’effondrent lentement.

Prix du meilleur scénario au Festival International du film à Haïfa (2017)

La bande-annonce

Tous les films sont en version originale sous-titrée en français

A LA CINEMATHEQUE DE TEL AVIV

  / INFORMATIONS PRATIQUES

« Un été de cinéma israélien – en français »

Du 15 juillet au 5 septembre 2018

Cinémathèque de Tel Aviv

2 rue Sprintzak, Salle 4

Réservations : cinema.co.il / T 03-6060800 ext. 1

En août et en septembre 

Cinémathèque de Jérusalem

11 route d’Hébron

Réservations : jer-cin.org.il / *9377 / Email

Films en version originale, sous-titres en français

Renseignements :

T 03-7968000 / Email

Le festival du cinéma israélien en français est organisé par l’Institut français – institutfrancais-israel.com – et par l’Israeli Film Fund – filmfund.org.il