De Heinrich Heine au Musée d’Israël

WhatsAppEmailPrintPartagez

Quand je me promène sur Internet, j’ai quelquefois l’impression d’être sur une plage et d’amasser des beaux coquillages que j’ai, ensuite, envie de montrer à tout le monde.

Ce matin, j’ai voulu vérifier la citation exacte de Heine, le grand écrivain allemand romantique du XIXe siècle,  sur les livres et en allant sur Wikipedia, je me suis rendue compte qu’aujourd’hui le 17 février était le jour de sa mort. J’ai donc décidé d’écrire ce billet en hommage. La fameuse citation est « Ce n’était qu’un début. Là où on brûle des livres on finit par brûler des hommes. » Elle s’est malheureusement avérée prophétique.

En chemin, et dans un autre registre, j’ai relevé cette jolie citation: « Les parfums sont les sentiments des fleurs. »

Puis, j’ai trouvé ce portrait de Henri Heine par le peintre juif allemand Moritz-Daniel Oppenheimer.


Et du coup, je me suis intéressée  à ce peintre considéré comme le premier peintre juif de l’ére moderne et je suis arrivée à cette magnifique peinture de mariage juif  qui se trouve au Musée d’Israël à Jérusalem. Encore une raison d’aller visiter le musée!

Et une pensée pour Molière qui est mort le 17 février 1673.

Merci d’avoir partagé ma promenade.