Kaddish contre les ténèbres

WhatsAppEmailPrintPartagez

Ainsi l’homme au Kaddish a une mission. Il élève la voix contre les ténèbres, contre le néant. Cela aussi est de l’humanisme, avec ou sans Dieu. Léon Wieseltier

Le Kaddish est l’une des prières centrales de la liturgie juive, une prière en araméen et non en hébreu. Paradoxalement, aucune allusion à la mort ni aux morts dans le Kaddish mais plutôt une sanctification du nom de Dieu.

Le Kaddish  a  inspiré les compositeurs de la Renaissance à nos jours.

  • Le Kaddish de Maurice Ravel chanté par Montserrat Caballe
  • et par Barbara Hendriks
        • Kaddish, la symphonie n°3 écrite par Leonard Bernstein avec un livret de Samuel Pisar

      Je ne peux que vous recommander la lecture de Kaddish le récit, plutôt la quête de Léon Wieseltier:

       » Debout, je me balançais et je prononçais les mots que l’on me disait de prononcer.
       » Il est le Rocher. Son œuvre est parfaite, car toutes ses voies sont le jugement…  » On m’offrait les paroles du Kaddish, du long Kaddish pour les funérailles, celui qui parle du monde qui sera restauré, celui que je n’avais jamais dit auparavant, et je l’énonçais.  » Magnifié et sanctifié soit son grand Nom…  »  » Magnifié et sanctifié… « .