La force de la vie… à Banana Beach

WhatsAppEmailPrintPartagez

Ce matin, j’avais rendez-vous à 8h00 avec la traductrice israélienne Hagit Bat-Ada, elle a à son actif plus de 70 traductions du français vers l’hébreu, de Milan Kundera à Alain Mabanckou, en passant par Amélie Nothomb et Anna Gavalda. Nous nous sommes rencontrées à Banana Beach. Il faisait délicieusement bon.
Certains se baignaient, d’autres couraient. Des amis prenaient un café ensemble.

Banana Beach, 12 novembre 2009, 8h15

Banana Beach, 12 novembre 2009, 8h15

Nous avons donc parlé de la douceur de vivre à Tel Aviv et Hagit m’a raconté une histoire que j’ai envie de partager avec vous.

Elle était invitée hier soir à un mariage. Un mariage qui aurait pu être triste puisque le frère de la mariée s’est suicidé, il y a quelques mois. Il y avait de la musique mais pas de danse.
Le père de la mariée a pris la parole pour parler d’Itzhak Perlman, le célèbre violoniste, né à Tel Aviv, qui se déplace avec des béquilles et qui joue du violon assis.

Lors d’un concert, Itshak Perlman joue mais une corde de son violon se casse. Il fait signe au chef d’orchestre de continuer. Il joue merveilleusement avec une corde en moins. Il reçoit un tonnerre d’applaudissements. Il salue et il dit:
Il y a des moments très tristes dans la vie. Après, il faut savoir comment continuer à faire de la musique avec ce qui nous reste.

Bonne journée à tous.