Petra, la Roche rouge, HaSela Haadom

WhatsAppEmailPrintPartagez

Dans le cadre du Billet de l’Invité, j’ai le grand plaisir d’accueillir le sociologue Claude Sitbon

Hasela ha adom (« la roche rouge »), ce n’est pas seulement le nom de la chanson écrite par Haim Hefer et chantée par Arik Lavi, c’est le surnom donné en Israël à Petra, ville nabatéenne du sud de la Jordanie, célèbre  pour ses tombeaux creusés dans la pierre des monts de Édom; dans les années 1950, la ville défendue fit rêver de nombreux jeunes Israéliens et un beau jour Méir Har Tzion – qui avait l’habitude de se promener dans la nature , sortit avec son amie Rahel Sabouraï  et ils parvinrent  à Petra; après avoir réalisé leur rêve, ils retournèrent en Israël, avec des photographies. Cet acte audacieux encouragea d’autres jeunes, mais tous y laissèrent leur vie…. La chanson de Hefer ne pouvait qu’accroitre la curiosité de la jeunesse israélienne, et elle fut même interdite sur les ondes nationales, et ce, jusqu’en …… 1994, date de l’accord de paix israélo-jordanienne

Une version d’Arik Lavie


Rika Zaraï en 1967

Une interprétation mélangeant l’hébreu et le français

Et grâce à Anne-Judith, la traduction:

Trois hommes sont venus et repartis,
trois hommes avec du sang à leurs fusils,
brûlés par tous les démons du désert,
ils ont franchi ma porte et mes prières
Ohohoh pourquoi ô mon Dieu, ô pourquoi ?