La magnifique mosaïque romaine de Lod

WhatsAppEmailPrintPartagez

Nous retrouvons dans la rubrique Archéologie Cécile Boaz pour Israel Archéologie – Culture & Education. C’est au cours d’un stage de volontariat culturel auprès de l’Autorité des Antiquités d’Israël, organisé par Israel Archéologie, que Cécile Boaz a eu l’immense privilège de rencontrer cette mosaïque plus qu’exceptionnelle et de participer à sa restauration.

LA MOSAIQUE ROMAINE DE LOD 

De l’Excavation à l’exposition, l’histoire de la découverte et de la restauration de la célèbre mosaïque romaine de Lod

Découverte :

Cette exceptionnelle mosaïque romaine a été découverte de façon fortuite en 1996,  à Lod, ancienne Lydda Romaine, par Miriam Avissar, archéologue de l’Autorité des Antiquités d’Israël, IAA, lors de fouilles préalables à la construction d’une autoroute entre Tel Aviv et Jérusalem. Ce somptueux pavement d’une pièce de réception d’une ancienne villa romaine, d’environ 17 m de long  x 9 m de large, était en excellent état de conservation. Le contexte archéologique a permis de la dater aux environs de l’an 300 de notre ère.

Description :

La mosaïque de Lod se développe en deux tapis rectangulaires, un tapis nord et un tapis sud, séparés par des registres intermédiaires. Elle est faite principalement de tesselles, petits cubes de 1cm x 1cm, de pierres calcaires et de marbre, et de quelques tesselles de pâte de verre bleue.

Elle présente un riche décor animalier, organisé en trois zones : poissons, quadrupèdes, oiseaux, animaux exotiques, ainsi que Ketos, une créature marine mythique, sur un fond uniformément blanc. L’ensemble est encadré de plusieurs frises géométriques, tresses, guillochis, ocre, rouge, et bleu gris, qui forment des tapis de sols en bordure des pièces ornées. A remarquer,  l’absence de figure humaine.

Etudes,  dépose et conservation :

Cette exceptionnelle mosaïque a fait l’objet de nombreuses études et recherches. Peu de temps après sa découverte, elle a dû être ré-enfouie, pour être protégée, le temps de financer et d’organiser un projet de restauration et d’exposition.

Après avoir été désolidarisée de son sol antique, et à l’issue de plusieurs phases techniques d’intervention, elle a révélé de passionnantes et émouvantes traces du travail des mosaïstes de l’époque.  Dans les mortiers anciens sous la mosaïque, on a retrouvé des empreintes de pieds, de sandales, et des dessins préparatoires.

La mosaïque de Lod a par la suite été transportée dans les ateliers de restauration de l’Autorité des Antiquités d’Israël, IAA, pour être réparée, puis préparée pour voyager et être exposée dans les musées de nombreux pays du monde. Elle a pu être admirée, au Louvre, au Metropolitan Museum of Art de New York, à l’Altes Museum de Berlin, à la Fondation Giorgio Cini Venise, à l’Hermitage Saint Petersbourg, etc…

Elle est maintenant de retour en Israël. Avant son installation dans le Musée  » The Shelby White and Leon Levy Lod Mosaic Archaeological Center », en construction, spécialement créé pour la recevoir, on peut voir le panneau avec les animaux marins au Musée Maritime National de Haïfa jusqu’au 12 avril 2018.

Cécile Boaz pour Israel Archéologie – Culture & Education

 

Photo IAA

 

Photo IAA

 

Photo IAA