Agouna, ancrée, enchaînée…

WhatsAppEmailPrintPartagez

J’ai acheté le dernier roman d‘Eliette Abécassis, Et te voici permise à tout homme, aux éditions Albin-Michel pour la dédicace:

Au professeur Liliane Vana, grâce à qui j’ai pu conquérir ma liberté.

J’ai suivi des cours de Talmud avec le professeur Liliane Vana lorsque j’habitais à Bruxelles. Spécialiste en droit hébraïque, elle a une érudition époustouflante et une implacable logique. C’est une femme exceptionnelle qui se bat pour les femmes dans le cadre de la Halacha, de l’orthodoxie. Si vous avez l’occasion de participer à un de ces cours ou d’assister à l’une de ses conférences, n’hésitez pas, c’est un enrichissement intellectuel garanti.

Eliette Abécassis met en lumière l’une des tragédies de la femme juive d’aujourd’hui: le statut d’Agouna עגונה, les mesoravot get:

De retour chez moi,  je tapai Agouna sur Google…Au sens premier, c’étaient les femmes dont les maris avaient disparu sans que l’on sache s’ils étaient morts ou vivants. Puis par extension, toutes celles à qui le mari refusait le divorce religieux. Tu es Agouna, ancrée, enchaînée, enlisée.

J’espère que ce livre courageux en éclairant cet état de fait permettra de changer une situation choquante:

« Deux mille ans que le peuple juif avait construit sa vie, au gré des exils et des exterminations. Deux mille ans qu’il tenait debout, malgré tout, par le génie de ceux qui avaient su, non pas perpétuer la loi mais la renouveler; l’amender et l’interpréter. »

En souhaitant que ce livre permette « que la justice s’écoule comme l’eau et que la droiture soit comme un torrent puissant ».


Pour en savoir plus, une conférence sur ce thème sur Akadem, Guet et Agouna: quelle liberté pour la femme?

Le 18 septembre 2011, le professeur Liliane Vana sera l’invitée du rabbin Josy Eisenberg dans l’émission Judaïca et ils s’entretiendront du point de vue du judaïsme sur la procréation médicalement assistée.