Johanne Toledano en Israël, L’Ego mon Jeu préféré

WhatsAppEmailPrintPartagez

« Parce que la puissance de l’Amour est l’essence de la force… L’Ego Mon Jeu Préféré reprend son chemin là où il s’est arrêté, aux portes du Théâtre Suzanne Dellal, à Tel Aviv… J’y serais donc sur scène dimanche 30 octobre à 20h30 et le 31 octobre à 20h00 au théâtre Yad Lebanim à Ashdod.
Pour les réservations depuis Israel  : 07 47 26 81 67
Depuis la France (de 10:00 à 14:00)  : 01 77 47 14 50
Je vous remercie du fond du coeur pour votre soutien, votre mobilisation et votre confiance…
Quand nous touchons notre souffrance avec pleine conscience, nous commençons à la transformer, Thich Nat Han »

C’est ainsi que Johanne Toledano annonce, sur sa page Facebook les nouvelles dates de son spectacle L’Ego mon jeu préféré en Israël. Depuis, une nouvelle date le 2 novembre à Raanana.

« Un véritable défi que s’est fixée cette artiste pleine de talent, mais aussi un hommage qu’elle tient à rendre à ses parents tragiquement disparus à la veille de sa tournée qui était prévue cet été en Israël. »

‘L’EGO Mon Jeu Préféré’ à Tel-Aviv

L’Ego mon Jeu préféré,  c’est l’histoire d’Olivia, une jeune femme à qui tout sourit, avec un avenir bien tracé par les aspirations de sa famille. Lors d’une soirée de mariage, elle tombe.

Cette chute vient brutalement bousculer sa vie et l’emporte dans un voyage initiatique qui va se révéler être un véritable « jeu de l’Ego ».

Olivia se lance alors dans une épopée « judéo-psycho-holistique » où elle fera la rencontre d’une galerie de personnages hauts en couleurs. Obstacles familiaux, expériences loufoques et thérapies, humour et auto-dérision l’aideront à briser l’armure qui empêchait l’essence de sa nature d’exister, d’ETRE.

Ce spectacle est une création originale née de la rencontre de deux femmes, Johanne Toledano et Audrey Nataf, qui ont respectivement grandi à Casablanca et à Paris. Ensemble, elles ont écrit ce texte drôle, subtil et émouvant. « On a pu constater que quelques soient les générations, ados, parents, grands-parents, il y a toujours beaucoup d’émotions dans la salle. Les gens rient, pleurent, et reçoivent ce texte comme un miroir de leur propre chemin d’éveil » explique Audrey Nataf.

A travers la danse, un travail approfondi de clown, un rythme hyper maitrisé et des dialogues ciselés, Johanne Toledano nous emmène dans son monde qui est en réalité un peu le nôtre…

Un spectacle mis en scène par Raphael Almosni en collaboration avec Audrey Nataf.

14362436_1108612769173738_2777881032784081601_o

 

Pour en savoir plus, lire l’interview de Johanne Toledano dans MeteorLe Mag