MidBurn, le Burning Man israélien est en danger

WhatsAppEmailPrintPartagez

Burning Man est une grande rencontre artistique qui a lieu tous les mois d’août dans le désert du Nevada.  Une expérience humaine incroyable me raconte mon fils Dan Peguine qui a déjà participé à trois Burning Man et qui me pousse à y aller.

Beaucoup d’Israéliens connaissent et ont participé à Burning Man aux Etats-Unis et certains ont décidé de créer un Burning Man local, le MidBurn qui soit accessible à tous. L’année dernière a eu lieu la première rencontre, un événement réussi qui a eu lieu sans encombres.

La seconde édition était prévue entre le 20 et le 24 mai 2015 dans le désert du Néguev. Les 6500 personnes inscrites préparent et attendent cet événement exceptionnel. Midburn est reconnu par l’association américaine du Burning Man aux Etats-Unis. 65 pays ont leur Burning Man mais Israël est d’ores et à la seconde place des Burning Man locaux et aussi… le plus nouveau ! C’est un événement culturel d’importance, le plus grand de ce type jamais organisé en Israël, réunissant un nombre incroyable de talents créatifs.

La communauté MidBurn en Israël comprend 10 000 participants. Avocats, docteurs, scientifiques, entrepreneurs, informaticiens, scientifiques, écrivains, acteurs, mon fils  et même un Prix Nobel qui soutient l’événement. Il s’agit de Michael Lewitt, le Prix Nobel de Chimie en 2013. J’ai eu le bonheur de le rencontrer.

67 installations artistiques sont prévues, presque entièrement financés par les artistes eux-mêmes. Et aussi de la musique, de la fête, des rencontres.

400 touristes de 48 pays différents viennent en Israël dans le but de participer à cet événement (150 des Etats-Unis, 76 d’Allemagne, 57 de France, 29 de Grande-Bretagne… ).

Des millions de shekels et des centaines d’heures de travail ont été investis pour la préparation de MidBurn. Comme tout est basé sur le troc, et qu’on ne peut rien acheter sur place, il faut vraiment du temps et de la créativité pour se préparer à cette expérience.

Midburn

Midburn, conscient de sa responsabilité civique (l’un de ses 10 principes fondamentaux), a dialogué avec la police israélienne pour organiser l’événement au mieux. Malheureusement, Midburn, la version israélienne du Burning Man, est en danger d’annulation. Pas Kef du tout. En cause des demandes inacceptables de la police israélienne. Malheureusement, la police a attendu le dernier moment pour émettre des demandes draconiennes en contradiction totale avec l’esprit de ce rassemblement. Quelques exemples : la police a exigé que des caméras soient placés partout sur les lieux et aussi dans les aires de campement ; la police a demandé que les contrôles de sécurité à l’entrée soient extrêmement stricts, ce qui avec une affluence de 6000 personnes conduirait à une file d’attente de 12 heures et ce dans les conditions extrêmes du désert ; La police a refusé l’accès de voiturettes de golf pour transporter les personnes handicapées ; La police a refusé l’utilisation d’ustensiles et de bouteilles en verre.

Jeudi dernier, la police a obtenu du tribunal un arrêt des travaux de préparation du site et la mise en place des oeuvres artistiques. Après un passage au tribunal ce dimanche, MidBurn a réussi à ce que cette interdiction soit levée mais la police ne veut pas changer ses demandes et il n’est pas sûr que l’événement reçoive le permis d’ouverture le 20 mai 2015.

Je suis vraiment triste. J’ai vu l’enthousiasme et le travail qu’ont mis tous ces jeunes pour préparer cet événement et j’espère que la police et les organisateurs vont trouver un terrain d’entente. Ce serait vraiment dommage de renoncer à un événement dont les valeurs sont entre autres l’inclusion solidaire radicale, la pratique du don désintéressé, l’effort en commun et l’engagement de ne pas laisser de trace de son passage.

midburn2

Photo AFP, A la fin de l’événement, aucune trace n’est laissée et tout est brûlé