Yohji Yamamoto au Musée du Design de Holon

WhatsAppEmailPrintPartagez

Dans le cadre du Billet de l’Invité(e), nous retrouvons Michèle Belin-Benhamou artiste et créatrice de costumes de théâtre et de cinéma, qui, aprèsKatmandou, nous emmène au Musée du Design de Holon pour rencontrer  YOHJI YAMAMOTO. L’exposition se termine le 20 octobre 2012.

       YOHJI YAMAMOTO, UN MAITRE A PENSER

Dans le hall du musée, dès  l’accueil, on nous invite à regarder le film que Wim Wenders a réalisé sur Yamamoto en1989. Nous pénétrons dans un autre monde:  chez Yamamoto on entre en religion, le maître est  debout, silhouette ascétique au milieu de son équipe ou plutôt de  ses disciples, tous habillés de noir. Ils l’entourent en silence, l’accompagnent. A genoux, aux pieds d’un modèle, Yamamoto officie, il épingle ici le mouvement d’un pli, plus loin corrige  la courbe d’un ourlet, il parle … ou plutôt distille les mots.

Une fois dans la salle d’exposition, nous entrons dans un nouvel espace, au milieu d’une foule. Des personnages  nous entourent au point de nous frôler. De temps à autre ces figures habillées  se tournent magiquement sur elles- même, autorisant un regard sur  telle ou telle  face cachée. Chaque détail du vêtement s’impose,  son grain, sa texture, les fils qui s’en échappent, le cuir déchiré, le velours usé et décoloré. On sent partout  la main qui a semé  ses hésitations et ses imperfections…car nous sommes ici chez un artiste japonais, adepte du concept philosophique du ‘’Wabi –Sabi ‘’ : ‘’Rien ne dure, rien n’est parfait, rien n’est fini ‘’ En cela il rejoint la règle des femmes quakers de Nouvelle  Angleterre qui introduisaient volontairement un défaut dans leur patchwork pour marquer l’imperfection humaine.

Le maitre nous surprend avec humour, grâce à des réminiscences de modes passées ; ici une crinoline surgit d’un trench – coat, là un caraco brodé de fleurs rouges, qui semble uni, bien qu’il soit composé d’une multitude  de tissus fractionnés aux textures variées. Autant d’effets qui  nous plongent dans l’Amérique du Mayflower. Yamamoto accepte cependant de pactiser avec quelques  conventions de la haute couture: cuir, plumes, paillettes, comme indices d’une époque …  Ses riches clientes ne peuvent accepter de se vêtir que de ‘’sens ‘’!

Yohjihommes Yohji Yamamoto au Musée du Design de Holon

A l’étage consacré aux vêtements d’hommes, nous plongeons dans un camaïeu de noirs, noir de suie, noir de fusain, noir de charbon, anthracite, tels ces daguerréotypes du 19e siècle qu’il affectionne particulièrement. Les redingotes sont militairement boutonnées, les cols très hauts, soudain le détail anachronique casse les codes, un laçage  apparait, une broderie strie un dos, une manchette dépasse… mais l’homme est la, pour servir d’écrin à la femme qui  à son bras resplendit de soie et de velours cramoisi tel un oiseau exotique.

Derrière un long paravent de tulle, on aperçoit des silhouettes en rouge et noir qui semblent flotter dans un espace  irréel tendu de blanc, au centre duquel les racines enchevêtrées d’un arbre rampent sur le sol dans une profusion de globes lumineux. A mesure que nous nous rapprochons, ces robes prennent vie pour incarner les muses de Yohji Yamamoto, Mme Grès, Pina Baush, Isadora Duncan…..

yohjijqune Yohji Yamamoto au Musée du Design de Holon

© Michèle Belin-Benhamou

Design Museum Holon

Rue Pinhas Eilon 8
Holon, 58459

info@dmh.org.il

Tel: 972-73-2151515