Hommage à Shmouel Shilo, acteur israélien

WhatsAppEmailPrintPartagez

Dans le cadre de mon Billet de l’Invité, j’accueille de nouveau Gadi Golan qui rend hommage à son père du kibboutz Shmouel Shilo (1929-2011) , grand acteur d’Israël et fervent amoureux du Néguev qui vient de disparaître.

Shmouel Shilo et sa femme Guila ont été mes parents « adoptifs » quand je suis arrivé au kibboutz Tséelim en Octobre 1960 de Paris. Ne parlant pas encore l’hébreu, avec lui je parlais yiddish et avec elle français. Après l’extermination de sa famille, pendant la guerre, Shmuel Shilo se réfugia dans la forêt et fut récupéré par des partisans avec lesquels il resta tout au long de ces années. Après la guerre et après un séjour en Italie, il arriva en Israël et fut parmi les fondateurs du kibboutz Tséélim en 1947. A l’âge de quarante ans il entreprit des études, bac puis Université et comme il avait toujours rêvé de théâtre, il se dirigea dans ce domaine et commença à jouer au théâtre et au cinéma. Il fut parmi les fondateurs du Théatron HaNeguev er aussi du Bimat HaKibboutz

Interrogé, un jour, par une journaliste italienne que je lui avais présentée et qui lui demanda de raconter les débuts du kibboutz Tséelim, au fin fond du nord Neguev, point isolé s’il en est, il répondit cette phrase, aussi belle que puissante: « Les oiseaux sont arrivés après nous ».

De sa vie il ne refusa un verre de vodka qu’il préférait au whisky, mais toujours en compagnie, jamais seul, accompagné d’un morceau de herring. C’est ce que nous avons fait, après l’enterrement, chez Guila, avec ses enfants, levant nos verres en disant : « Shmoulik, LE HAIM! »

Il repose maintenant près des arbres qu’il avait lui-même planté surplombant le ouadi, dans un paysage qui est resté sauvage.

Il avait 82 ans d’années pleines et cela me fait du bien de vous parler de lui, acteur mais personnage de théâtre aussi.

©Gadi Golan

 

Shmuel Shilo témoigne en hébreu pour Yad Vashem